Le Fonds de réconciliation avec les Autochtones devient un organisme caritatif au sens de la loi fédérale, dotée de son propre conseil d’administration