Assemblée plénière 2003 de la CECC : selon Mgr Diarmuid Martin, l’enseignement social de l’Église est un message d’espérance

mardi le 28 octobre 2003

(CECC – Cap-de-la-Madeleine)… Spécialiste des questions sociales, Mgr Diarmuid Martin, ancien Observateur permanent du Vatican au siège de Genève de l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation mondiale du commerce et actuel archevêque coadjuteur de Dublin en Irlande, était l’invité de la Conférence des évêques catholiques du Canada, en cette deuxième journée de leur assemblée annuelle.

« Notre génération a été le témoin de progrès scientifiques importants, a-t-il déclaré aux évêques. Mais elle n’a toujours pas appris efficacement la science du partage. Cette science requiert une nouvelle façon de voir l’unité de la famille humaine et de constater le fait que lorsque Dieu a créé les biens de la terre, il les a créés pour le bienfait de tous. »

Mgr Martin a avancé que la mondialisation, afin qu’elle prenne tout son sens, doit améliorer la vie de la famille humaine. « Quelque forme que ce soit de mondialisation qui engendre l’exclusion, la marginalisation et l’inéquité n’a pas le droit de se réclamer comme étant ‘mondiale’. La mondialisation doit être synonyme d’inclusion. »

L’archevêque irlandais a également abordé de nombreuses autres questions de justice sociale avec ses confrères canadiens, entre autres la propriété intellectuelle, la lutte contre le virus du SIDA, l’option préférentielle pour les pauvres, l’immigration, le concept d’imposition d’une sage gouvernance aux pays en développement, le combat contre la pauvreté, le fléau de la guerre et le soin à apporter à l’environnement.

Il a conclu son exposé en mentionnant aux évêques que leurs premières préoccupations en matière de justice sociale devraient porter sur « la dignité de la personne, l’unité de la famille humaine et l’intégrité de la création. L’enseignement social de l’Église, c’est l’espérance dans les personnes. Il doit aussi devenir un message d’espérance pour les personnes».

L’allocution de Mgr Martin précédait des discussions en ateliers des évêques du Canada visant à revoir le mandat de leur commission nationale consacrée aux affaires sociales.

Outre les fonctions qu’ils a occupées à l’ONU et l’OMC et avant que le pape Jean-Paul II le nomme au diocèse Dublin, Mgr Martin a œuvré durant de nombreuses années au Vatican au sein du Conseil pontifical pour la famille et, plus particulièrement, du Conseil pontifical pour la Justice et la Paix.

Texte complet de l’allocution de Mgr Diarmuid Martin