Les évêques du Canada réfléchissent aux défis permanents vers la liberté de conscience et de religion à la lumière de l’approche du pluralisme religieux de la Constitution canadienne

jeudi le 26 septembre 2013

(CECC – Ottawa)… Au cours du quatrième jour de l’Assemblée plénière de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), les évêques ont eu l’occasion de réfléchir sur les défis permanents vers la liberté de conscience et de religion. La journée incluait également la réunion annuelle des évêques du Secteur français, pendant qu’un certain nombre d’évêques du Secteur anglais participaient à une formation médiatique avec Télévision Sel + Lumière. Les évêques ukrainiens catholiques du Canada se sont également réunis plus tôt dans la journée.  Hier, la messe quotidienne était la célébration de la Divine liturgie, selon la tradition byzantine, présidée par l’archevêque Lawrence Huculak, O.S.B.M., Archevêque éparchial ukrainien de Winnipeg et métropolite des Ukrainiens catholiques au Canada.

Lors de leur réunion, les évêques du Secteur français ont accueilli le père Henri Delhougne, O.S.B., un moine de l’Abbaye de Clervaux au Luxembourg.  Il a coordonné le travail de la traduction internationale pour une nouvelle traduction en langue française de la Bible qui sera utilisée dans la liturgie.  Le travail de la nouvelle traduction a pris quinze ans. La Bible liturgique a maintenant été formellement approuvée par les évêques de tous les pays francophones, incluant le Canada, et a reçu la recognitio du Saint-Siège.  Cette nouvelle traduction officielle sera lancée en novembre prochain et une édition canadienne avec une couverture souple sera publiée par la CECC.

Liberté de conscience et de religion

Le Conseil permanent avait invité la Commission épiscopale pour la doctrine et un avocat d’Edmonton, Me Kevin P. Feehan, pour animer une session sur les défis permanents au Canada à propos de la liberté de conscience et de religion.  Cette réflexion par l’Assemblée plénière était en regard de la cause du Loyola College qui est devant la Cour suprême du Canada, de même qu’à la lumière d’autres préoccupations à travers le pays.  M. Feehan, un associé du cabinet Dentons Canada, a regardé la question à partir de la perspective de la Constitution canadienne en regard du pluralisme religieux dans l’espace public.  Dans sa présentation, il a fait trois points principaux : premièrement, la Constitution canadienne est différente de la Constitution américaine et les Canadiens, spécialement les tribunaux, ne doivent pas oublier cette distinction.  Deuxièmement, le modèle de la Constitution canadienne est basé sur le pluralisme religieux et non sur le pluralisme normatif, lequel tend à une stricte séparation entre l’Église et l’État. Troisièmement, la Constitution canadienne met l’emphase sur les droits collectifs, alors que la Constitution américaine met l’emphase sur les droits individuels.

Après la présentation de M. Feehan, Mgr Pierre-André Fournier, archevêque de Rimouski et président de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ), a partagé l’approche prise par les évêques du Québec dans leur récente déclaration sur la loi 52 et le projet de la Charte des valeurs du Gouvernement du Québec.  La loi 52 envisage la pratique de l’euthanasie dans les hôpitaux et les maisons de soins, qui se nomme l’aide médicale à mourir dans le projet de loi.

Survol quotidien sur les travaux de la Plénière 2013

Pour une deuxième année, un résumé quotidien des travaux de la Plénière, en anglais et en français, était diffusé sur Internet avec la collaboration de Télévision Sel + Lumière. À la fin de chaque jour, de lundi à jeudi, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau, et Mgr Douglas Crosby, O.M.I., évêque de Hamilton, respectivement vice-président et cotrésorier de la CECC, ont passé en revue, en français et en anglais, les sujets et événements majeurs.  Demain, le point de presse sera animé par le président sortant de la CECC, Mgr Richard Smith, archevêque d’Edmonton, et le nouveau président élu, Mgr Paul-André Durocher.