Évangile et culture : l’importance du dialogue

vendredi le 21 novembre 1997

(Cité du Vatican – CÉCC)… Dans son intervention à l'Assemblée spéciale du Synode des évêques pour l'Amérique, Mgr Raymond Lahey, évêque de St. George's, a mentionné que l'Église fait face à l'alternative suivante: entrer en dialogue avec la société et sa culture ou faire face à la marginalisation et à l'insignifiance.

Un des 15 membres de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CÉCC) à s'adresser aux membres du Synode, Mgr Lahey a cité le Pape Paul VI qui invitait «à prêcher l'Évangile dans un langage susceptible d'être entendu, pas seulement par les fidèles.

L'évêque terre-neuvien a préparé son allocution à partir des points #9, 12 et 27 de l'Instrumentum Laboris (l'instrument de travail du Synode) qui traitent de l'Évangile, de la culture et de la société contemporaine.

Il a précisé dans son exposé que l'Évangile n'est lié à aucune culture propre, mais qu'il plonge ses racines dans les diverses cultures du monde. Cette diversité, au niveau de l'expression, est un signe de la force et de la richesse de l'Évangile.

Mgr Lahey a fait remarquer que le «dialogue axé sur le salut» commence en écoutant et en respectant la vérité, les valeurs et la dignité qui habitent déjà l'interlocuteur. Il doit aussi s'adapter à son langage et à sa culture. «Au nom de l'Évangile, ne devrions- nous pas dialoguer même avec les personnes qui se sentent exclues de l'Église ?» Par exemple : les femmes, sur leur rôle dans l'Église et la société ; les personnes homosexuelles, sur la discrimination et leur droit d'être accueillies avec délicatesse ; les jeunes, en partant de leur valeurs ; les environnementalistes, sur l'exploitation de la création et les questions démographiques ; les personnes qui sont «pro-choix» sur la liberté de la conscience ; les personnes qui proviennent de mouvements du Nouvel âge ; les personnes issues de familles désunies et de mariages brisés ; et d'autres quise retrouvent dans des situations semblables.

«Ce dialogue comporte des risques et ne sera pas facile, a exprimé l'évêque de St. George's. Toutefois, étant donné la marginalisation accrue de l'Église, il y a un plus grand risque à ne pas dialoguer. Être fidèle à l'Évangile, c'est ne pas craindre pour lui mais c'est le proclamer.»

Mgr Lahey a fait ensuite observer que sur le continent américain, l'Église, perçue comme étant loin des vraies questions, fait moins face à un rejet qu'à une marginalisation. Ainsi confrontée, l'Église manque à sa mission en cherchant plutôt à préserver l'Évangile qu'à l'annoncer. «Souvent, nous ne faisons que reprendre des mots et des phrases d'ordre religieux, que notre culture trouve dénués de sens», a-t-il souligné.

L'évêque canadien, quatrième membre de la CÉCC à présenter une intervention devant l'assemblée synodale, a conclu son bref discours en affirmant que «l'Évangile est la proclamation de la croix du Christ, qui rejoint chaque personne. Appuyés sur l'Évangile, ne devrons-nous pas dialoguer même avec ceux qui, peut-être, ne comprennent pas ou n'acceptent pas tous les enseignements de l'Église ?»

 


– 30 –


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048