Le Comité d’enquête de la CECC remet son rapport : Développement et Paix lavé de tout soupçon

lundi le 29 juin 2009

(CECC – Ottawa)… Dans son rapport sur cinq organismes non gouvernementaux mexicains, dont certains projets sont financés par l’organisme Développement et Paix, le Comité d’enquête de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) réfute les allégations « à l’effet que des subventions de Développement et Paix aient servi à des projets reliés à la promotion de l’avortement ».  Tout en reconnaissant que les cinq organismes mexicains aient pu manquer de prudence en signant un rapport des Nations Unies portant sur la situation des droits humains au Mexique et renfermant certaines orientations non conformes à l’enseignement de l’Église catholique, le Comité d’enquête invite la CECC à continuer d’accorder son appui à l’organisme qu’elle a fondé il y a plus de 40 ans.

Le rapport a été présenté au Conseil permanent de la CECC, qui l’a entièrement accepté.  Une déclaration a par la suite été faite par Mgr V. James Weisgerber, président de la CECC.

À la lumière des faits recueillis lors de sa visite au Mexique, du 15 au 18 avril dernier, le Comité d’enquête formule sept recommandations, afin que pareille situation ne se répète pas.  Il recommande, entre autres :

Le Comité d’enquête était composé de Mgr Martin W. Currie, archevêque de St. John’s et évêque de Grand Falls, à Terre-Neuve et Labrador, et de Mgr François Lapierre. P.M.É., évêque de Saint-Hyacinthe, au Québec. Ils ont été aidés dans leur tâche par Mgr Mario Paquette, P.H., secrétaire général de la CECC, et Mgr Carlos Quintana Puente, C.S.S., directeur de la Collecte pour l’Église en Amérique latine, à la Conférence des évêques catholiques des États-Unis. Trois représentants de Développement et Paix étaient aussi présents pour aider au bon déroulement de la visite au Mexique et faciliter les rencontres avec les divers intervenants. Il s’agit de MM. Michael Casey, directeur général ; Paul Cliche, directeur adjoint (Service des programmes internationaux) ; et André Charlebois, chargé de programmes pour l’Amérique latine.