Redonner leur enfance aux enfants

lundi le 19 décembre 2011

singingCe matin, nous sommes rentrés de Hinche à Port-au-Prince. Les mots n’arrivent pas à évoquer la misère que vivent des milliers de personnes dans cette localité. Mais les mots sont encore plus impuissants à évoquer la misère intérieure provoquée chez les milliers d’enfants qu’on appelle les «restavek». Ce terme créole, construit sur le français « reste avec», décrit une réalité terrible qui frôle en pratique la traite des personnes. Des familles de la ville « acquièrent », par l’entremise d’intermédiaires, des enfants venus de la campagne pour travailler comme domestiques. Les parents de ces enfants désirent « donner » leurs enfants à des familles d’accueil, dans l’espoir qu’on s’occupera des petits, qu’on leur paiera des études, etc. La réalité est bien différente. Des enfants de six à quinze ans entrent comme domestiques dans ces maisons de la ville et rares sont ceux qui reçoivent la moindre éducation. En fait, la plupart sont pratiquement réduits en esclavage et subissent des sévices. Ils sont généralement coupés de leur famille pendant des années.

Le Foyer Maurice-Sixto lutte contre cette horreur. Partenaire de Développement et Paix, il s’efforce de créer des relations harmonieuses entre les parents des enfants, les enfants eux-mêmes et les familles d’accueil, de sensibiliser la société à ce grave problème, de travailler à en prévenir la diffusion et de donner aux enfants une éducation de base et une formation professionnelle qui leur permettent d’espérer s’intégrer à la société. Autant de façons d’essayer de redonner leur enfance aux enfants. Plusieurs ne connaissent même pas leur date de naissance et n’ont jamais eu de fête d’anniversaire. Et nombreux sont ceux qui grandissent sans recevoir la moindre marque d’amour et d’affection. Le Foyer les entoure de tendresse et leur fait prendre conscience de leur valeur et de leur dignité. Il leur donne l’occasion de jouer et de cultiver leurs talents. Il célèbre les anniversaires. Bref, il permet à ces enfants d’être des enfants.

Quand nous sommes arrivés, les enfants qui étaient là pour leur journée scolaire ont entonné un chant de bienvenue. Imaginez notre émotion. Remercions le Seigneur pour le personnel du Foyer qui travaille sans relâche à attirer des enfants dans cette oasis d’amour et d’espérance.

À la fin de la journée, nous avons rencontré des représentants de Caritas Haïti, partenaire de longue date de D&P. Ils nous ont expliqué les liens qui existent entre leur bureau national et les différents bureaux diocésains de Caritas à travers le pays. Caritas Haïti n’a pas ménagé les efforts pour aider le peuple haïtien et sa société à se relever ; nous comptons voir demain quelques-uns de ses projets.

Mgr Richard Smith
Archevêque d’Edmonton
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada