Synode des évêques : L’allocution de Mgr Pierre Morissette porte sur l’évêque témoin de l’espérance

vendredi le 05 octobre 2001

(CECC – Rome)… C’est un regard clair et lucide sur le rôle de l’évêque que pose Mgr Pierre Morissette, évêque de Baie-Comeau. Il l’a d’ailleurs clairement exposé aujourd’hui en présence du Saint-Père et de confrères dans l’épiscopat de cinq continents, à l’occasion du Synode qui se déroule actuellement à Rome.

Troisième évêque canadien à s’adresser à l’assemblée synodale, Mgr Morissette a dégagé certains traits susceptibles de faire de l’évêque un témoin de l’espérance. L’évêque doit être un homme de foi, de vision, de communion, de compassion et de promotion de la dignité (cliquez ici pour lire le résumé de son intervention).

S’appuyant sur les résultats d’une consultation pré-synodale menée auprès de fidèles au Canada, Mgr Morissette révèle « que beaucoup de fidèles perçoivent plutôt l’évêque comme un administrateur, un personnage distant et inaccessible, ou comme le retransmetteur d’une pensée venue d’ailleurs. »

Une réflexion en profondeur, au plan local et universel, doit être menée sur les motifs de ces perceptions. « Nos structures, nos modes de fonctionnement et nos manières d’être hérités du passé méritent d’être réformés s’ils contribuent à donner à l’évêque une image qui en fait plus un gardien de l’institution et un détenteur de la vérité qu’un témoin de l’espérance pour le monde d’aujourd’hui. »

La Xe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques s’est ouverte à Rome dimanche dernier et se poursuit jusqu’au 27 octobre. Cinq évêques canadiens y prennent part. Outre Mgr Morissette, les délégués canadiens élus par leurs confrères sont Mgr Raymond Lahey, évêque de St. George’s, Mgr Gilles Cazabon, o.m.i., évêque de Saint-Jérôme et Mgr James Weisgerber, archevêque de Winnipeg. Pour sa part, Mgr Joseph Khoury, éparque des Maronites au Canada, a été invité par le pape Jean-Paul II.

Un synode est une rencontre ou une assemblée religieuse à laquelle les évêques, rassemblés en présence du Saint-Père, ont la possibilité d’interagir les uns avec les autres dans la recherche commune d'orientations pastorales.

Durant les deux premières semaines de l’assemblée synodale, chaque participant livre le contenu d’une intervention d’une durée maximale de huit minutes. Le choix du thème abordé est laissé à la discrétion de chaque intervenant. Par la suite, répartis par groupes linguistiques, les délégués entrent dans la phase des discussions qui mèneront à l’élaboration de propositions. Approuvées, après suggestions et amendements, elles seront ensuite remises à un conseil post-synodal constitué par le Saint-Père dont le travaux, au cours des mois suivant la clôture du Synode, conduiront à la publication de l’exhortation apostolique, le document papal né du Synode.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048