Visite de solidarité à Haïti: le 14 décembre 2011

jeudi le 15 décembre 2011

visite_museeArrivés à Port-au-Prince le 14 décembre, Monseigneur Richard Smith, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), et le vice-président de la Conférence, Monseigneur Paul-André Durocher, commencent leur visite de solidarité en Haïti. Cette visite est organisée par l’Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix, qui est aussi Caritas Canada.

Dans le cadre de leur séjour, ils rencontreront des évêques haïtiens, le Nonce apostolique en Haïti, ainsi que des représentants de Caritas Haïti et d’autres partenaires de Développement et Paix. Ce sera aussi l’occasion de visiter des programmes de reconstruction et des projets de secours soutenus par Développement et Paix, dont une initiative pour récupérer des terres agricoles non exploitées, un programme pour la protection et l’éducation de jeunes femmes marginalisées et un centre éducatif pour des enfants des secteurs ruraux, venus dans la capitale en quête d’un emploi et d’un abri.

« C’est l’occasion de voir le potentiel et les défis d’Haïti, explique le Président de la CECC. Il est important pour nous d’être aux côtés du peuple haïtien et de trouver des moyens de l’accompagner. »

La visite à Haïti a débuté par une session préparatoire dans les bureaux montréalais de Développement et Paix, le 13 décembre. On y a présenté une vidéo sur la construction de 60 nouvelles maisons dans le cadre d’un projet pilote de Développement et Paix avec Caritas Suisse;  l’OCCDP y donne suite par un projet à elle qui financera la construction de 475 autres maisons. Cependant, a ajouté M. Paul Cliche, directeur adjoint du Service des programme des développement, le financement n’est qu’un des aspects de l’aide fournie par Développement et Paix. Nous mettons l’accent sur le développement des partenaires locaux, dit-il, afin que le projet appartienne aux gens sur place et que sa mise en œuvre transmette des compétences de base tout en contribuant à affermir et à reconstruire les collectivités et le tissu social. La sécurité alimentaire et la réforme du droit sont des éléments essentiels au renouvellement de la collectivité locale, a-t-il poursuivi, et la radio communautaire et l’engagement des femmes jouent un rôle fondamental dans la stratégie de développement de l’OCCDP. Le développement, d’indiquer M. Cliche, forme l’un des trois volets d’une approche qui comprend aussi les secours d’urgence et la reconstruction.

Une deuxième vidéo présentée lors de la session préparatoire à la visite en Haïti portait sur un groupe de paysannes de Grande-Anse, membres d’une organisation connue sous le nom d’OFTAG (Oganizasyon Fanm Tèt Ansanm Grandans – Organisme de solidarité des femmes de Grande-Anse), que soutient Développement et Paix. La plupart de ses membres ont accueilli des réfugiés au lendemain du séisme. La vidéo fait voir et entendre un chant qui explique que Développement et Paix a fournis à ces femmes des semences, des outils, un moulin et de l’espoir.

En arrivant à Port-au-Prince aujourd’hui, les deux évêques et les autres membres de la mission canadienne ont visité plusieurs « villages de tentes », faits d’abris de fortune qui hébergent encore aujourd’hui quelque 600 000 Haïtiennes et Haïtiens. Depuis le tremblement de terre, survenu il y a presque deux ans, environ 400 000 personnes ont pu quitter les gravats soit pour réintégrer leur maison remise en état soit pour s’établir dans les collectivités nouvellement construites à l’extérieur de la ville. Une lente progression à travers des rues bondées et cahoteuses  a conduit les visiteurs canadiens à un musée du centre-ville, le Panthéon, où exposent quatre jeunes artistes haïtiens. Ces jeunes aujourd’hui dans la vingtaine participent à un programme financé, lui aussi, par Développement et Paix et qui rejoint 800 familles. Les enfants vont à l’école, s’initient aux beaux-arts et apprennent à gagner leur vie tout en composant avec le traumatisme et la violence du séisme.

« Je suis impressionné par la résilience du peuple haïtien, en en particulier par celle des jeunes que nous avons vus aujourd’hui, devait déclarer Mgr Smith après avoir visité l’exposition et avoir rencontré deux des jeunes artistes.  On n’imagine pas la dureté de leurs conditions de vie et pourtant ils ont plein d’espoir et de projets d’avenir. »

« Haïti est une terre de paradoxes, ajoute de son côté le vice-président de la CECC, Mgr Durocher, en songeant à ce que la journée leur a fait découvrir. Œuvres d’art entourées d’espaces dévastés; mots de politesse dans une foule chaotique; un cerf-volant planant au-dessus d’un bidonville… Mystère pascal ».

Mgr Smith et Mgr Durocher sont accompagnés dans cette visite de solidarité à Haïti par le directeur général de Développement et Paix, M. Michael Casey, le chargé de programme pour l’Amérique latine et les Caraïbes, M. Normand Comte, et l’agent de communications, M. François Gloutnay, ainsi que par le secrétaire général adjoint de la CECC, M. Bede Hubbard.

par Bede Hubbard
Secrétaire général adjoint
Conférence des évêques catholique du Canada