Visite de solidarité à Haïti: le 15 décembre 2011

lundi le 19 décembre 2011

villageLa mission de solidarité en Haïti a pris la route, le 15 décembre 2011, pour se rendre à environ deux heures et demie au nord de Port-au-Prince dans la localité de Papaye, sur le Plateau central, près de la petite ville de Hinche. Le voyage s’est fait sur une route de montagne étroite et sinueuse, pavée en bonne partie encore que, sur plusieurs kilomètres, la voie ait été en gravier, creusée d’ornières et attaquée par l’érosion, pratiquement invisible à cause de la poussière en suspension dans l’air. L’accotement de ces chemins étroits était peuplé de femmes, d’hommes et d’enfants, souvent pieds nus, qui vendaient de menus objets, transportaient des denrées agricoles, se rendaient à l’école ou en revenaient, ou faisaient d’autres commissions.

Le président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), Mgr Richard Smith, d’Edmonton, et le vice-président de la CECC, Mgr Paul-André Durocher, de Gatineau, ont visité le Mouvement paysan de Papaye (MPP). Né d’un poste de mission pastorale fondé par des missionnaires belges en 1970, l’organisme devenait trois ans plus tard un centre catéchétique local avec un jardin communautaire. Peu après, il était influencé par le travail des Jésuites auprès des paysans et des cultivateurs qui pratiquent une agriculture de subsistance. Aujourd’hui, le MPP réunit 4 184 groupes, dont 1 200 groupes de femmes et 700 groupes jeunesse. Chaque groupe compte 15 membres et débute par trois mois de réflexion personnelle et collective pour asseoir l’interaction entre le groupe et la collectivité.

Le MPP est l’un des projets que l’Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix appuie depuis le plus longtemps, car elle l’aide depuis plus de 30 ans. Ce projet agricole fait partie de la stratégie globale de l’OCCDP en Haïti, qui promeut le développement communautaire, l’autonomie alimentaire, l’éducation populaire et la participation égale des femmes et des hommes. Depuis le séisme d’il y a deux ans, Développement et Paix a investi plus de 2,5 millions de dollars dans le MPP.

virginiaAujourd’hui, le MPP héberge un centre national de formation au leadership agricole et peut recevoir 200 étudiants et visiteurs à la fois. Il met l’accent sur l’agriculture durable et écologique selon trois grands axes : la préservation des semences, la diffusion des espèces végétales locales et la conservation de l’eau. On distribue chaque année au moins 100 000 arbrisseaux aux petits producteurs locaux qui pratiquent une agriculture de subsistance, à raison de 25 jeunes pousses par famille, en leur apprenant à prendre soin de leurs plantes et à en tirer un meilleur parti, et en les formant au développement communautaire, à la durabilité économique et à l’agriculture écologique. La conservation de l’eau est favorisée par le recyclage des pneus, qui servent de pépinières. Développement et Paix a aussi financé l’équipement qui a permis de creuser 15 puits jusqu’ici, car il y a chaque année pénurie d’eau en Haïti pour environ six mois, à la saison sèche. Développement et Paix a également versé des subventions au MPP pour lui permettre de développer ses capacités de communication.

Un professeur d’agriculture de l’Université de la Californie à Davis, de passage en même temps que la mission de solidarité canadienne, qualifie le projet du MPP d’« îlot d’espoir ». C’est un modèle de développement agricole durable, déclare le Professeur Steve Temple. Le moment est crucial, ajoute-t-il, car plusieurs gouvernements et agences de développement étrangères cherchent des macro-solutions sans respecter les capacités et l’engagement de la population locale.

Les visiteurs canadiens sont ensuite allés voir un village écologique modèle, autre projet du MPP. On a construit des maisons pour 10 familles qui avaient quitté Port-au-Prince au lendemain du séisme et qui n’arrivaient plus à se loger dans la capitale. Chaque nouvelle maison a son propre potager en plus d’avoir accès à un jardin communautaire. Les maisons auront bientôt l’électricité grâce à des panneaux solaires. Développement et Paix a fourni des fonds pour assurer l’autonomie alimentaire du village.

En accueillant Mgr Smith et Mgr Durocher, les villageois ont parlé de leur regain d’espoir et de bonheur, qui se lisait déjà clairement sur leurs visages. Malgré l’éloignement de nos parents et amis de Port-au-Prince, dirent-ils, nous n’avons aucun regret : la vie est bien meilleure ici. « Et on y respire bien mieux », d’ajouter un autre.

À la fin de la journée, la délégation canadienne est allée rendre visite à Mgr Pierre-Simon Saint-Hillien, C.S.S., évêque de Hinche. « Je suis si heureux que Développement et Paix soit ici pour nous aider, dit l’évêque. Nos gens ont grand besoin d’accompagnement en agriculture. » Mgr Saint-Hillien a ses propres projets et espère qu’un jour le diocèse aura, lui aussi, une forme modèle.

Dans son dernier blogue, Mgr Smith, président de la CECC, écrivait : « J’ai rencontré une femme qui n’avait rien et qui commence tout juste à tirer parti de l’aide et de l’accompagnement du mouvement. On lui a appris à aménager un potager qui lui donnera de quoi se nourrir avec ses enfants et un petit surplus qu’elle pourra vendre au marché. Une autre paysanne, que le MPP aide depuis quinze ans avec son mari et ses huit enfants, a pu envoyer ses trois plus vieux à l’université. »

Mgr Durocher, dans une interview accordée en français à Radio-Vatican, a expliqué comment la journée illustrait l’espérance évoquée dans les Écritures de la liturgie de l’Avent : « Ce fut une expérience des plus émouvantes », d’ajouter le vice-président de la CECC.

Mgr Smith et Mgr Durocher sont accompagnés dans cette visite de solidarité à Haïti par le directeur général de Développement et Paix, M. Michael Casey, le chargé de programme pour l’Amérique latine et les Caraïbes, M. Normand Comte, et l’agent de communications, M. François Gloutnay, ainsi que par le secrétaire général adjoint de la CECC, M. Bede Hubbard.

par Bede Hubbard
Secrétaire général adjoint
Conférence des évêques catholiques du Canada