Allocutions, discours et homélies 1984

Visite au tombeau de Marguerite Bourgeoys

TOMBE DE MARGUERITE BOURGEOYS / CONGRÉGATION NOTRE-DAME
MONTRÉAL
LE  11  SEPTEMBRE  1984

Chères Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame,

Avant la messe qui doit réunir tout le peuple chrétien de Montréal, le temps ne me permet pas de vous dire toutes les pensées qui surgissent en mon coeur devant la tombe de votre sainte fondatrice. J’ai eu l’honneur de la déclarer Sainte le 31 octobre 1982, et ce jour-là, j’ai évoqué sa spiri­tualité, les aspects admirables de son apostolat auprès des jeunes et des familles et l’intérêt de ses initiatives pour la pastorale aujourd’hui. Nous honorons cette sainte femme parmi les fondateurs de Montréal et de l’Église du Canada.

Aujourd’hui, je vous redis simplement, à vous, ses chères filles spi­rituelles, mais aussi à toutes les religieuses éducatrices en ce pays, et à tous ceux qui coopèrent à l’éducation des jeunes, à la promotion des familles: regardez le zèle, le réalisme, l’audace de l’amour de sainte Marguerite Bourgeois. Considérez le prix qu’elle accordait à l’âme de chaque enfant, fille de colon ou fille de famille indienne, comme « une goutte de sang de Jésus-Christ »! Voyez son dévouement et son savoir-faire d’institutrice, ouvrant des écoles populaires sur le terrain, proches des familles et collaborant avec elles. Appréciez son souci d’initier les jeunes à une formation complète, visant la foi, la prière, le sens aposto­lique, les capacités culturelles et pratiques pour assumer les tâches de la vie d’une femme adulte. Admirez son imagination et sa ténacité pastorales pour préparer jeunes gens et jeunes filles à fonder des foyers solides, pour former des épouses et des mères chrétiennes, cultivées, laborieuses, rayonnantes. Remarquez le soutien réaliste qu’elle continuait à apporter aux familles, aux femmes mariées réunies en associations. Vous savez la foi, la fermeté et la tendresse qui ont marqué toute son oeuvre.

Aujourd’hui, les enfants, les jeunes que je vais voir cet après-midi et ce soir, ont besoin de tels éducateurs et éducatrices pour trouver le sens de leur vie et bien employer leur générosité. Et surtout les familles, fragiles et désemparées, ont plus que jamais besoin d’un aposto­lat spécifique (cf. Familiaris consortio). Les femmes qui veulent juste­ment leur promotion ont intérêt à contempler cette femme forte, qui a voulu rendre les femmes de son temps dignes de leur vocation.

Prions sainte Marguerite Bourgeois à toutes ces intentions. Et vous, chères Sœurs, continuez à puiser dans son exemple lumière et force. De grand cœur je bénis toute votre Congrégation.

Conférence des évêques catholiques du Canada
Canadian Conference of Catholic Bishops