Commentaire de la Conférence des évêques catholiques du Canada sur le jugement rendu par la Cour suprême du Canada dans la cause du British Columbia College of Teachers c. University Trinity Western

mercredi le 16 mai 2001


La Conférence des évêques catholiques du Canada, qui est elle-même intervenue dans cette cause, accueille favorablement la décision de la Cour suprême du Canada qui confirme la décision des tribunaux inférieurs qui avaient ordonné au British Columbia College of Teachers, d’approuver l’accréditation du programme de formation des enseignants du Trinity Western University. Le B.C. College of Teachers avait refusé d’approuver le programme de formation du Trinity Western, parce que celui-ci exigeait des membres de son corps professoral et de ses étudiants de vivre selon certaines normes communautaires et de s’abstenir de certains comportements, dont l’homosexualité.

La décision de la Cour est une affirmation vigoureuse et un rappel impératif du fait que la liberté religieuse constitue un droit humain fondamental s’exerçant librement et publiquement, tel que garanti par la Charte canadienne des droits et libertés. Ce jugement confirme qu’il est inadmissible d’enfermer dans un stéréotype d’intolérance les personnes qui ont des convictions religieuses, ou encore d’insinuer que les étudiants fréquentant des institutions religieuses ne sont pas qualifiés pour travailler dans le secteur public. La décision souligne le fait qu’il est inacceptable de refuser un bien public à un individu ou une institution sur la base des croyances plutôt que des compétences. Cette notion confirme qu’un véritable pluralisme laisse place à différentes croyances provenant de sources diverses et que, dans une société vraiment libre, il existe une liberté ‘de religion’, qui ne signifie pas l’absence ‘de la religion’.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048