Lettre au Premier ministre Paul Martin : Les évêques catholiques du Canada demeurent opposés à tout projet de loi qui redéfinirait le mariage

dimanche le 30 janvier 2005


Monsieur Paul Martin
Premier ministre du Canada
80, rue Wellington
Ottawa (Ontario) K1A 0A2

Télécopieur : (613) 941-6900

Monsieur le Premier Ministre,

Les Évêques catholiques du Canada demeurent opposés à tout projet de loi qui redéfinirait le mariage de manière telle qu’il ne serait plus reconnu comme l’unique et la fondamentale union entre un homme et une femme.

La relation conjugale, dans le mariage entre un homme et une femme est un bien unique pour la société, fournissant un environnement stable et positif pour les enfants et les générations futures.

À titre de leaders spirituels de 13 millions de catholiques canadiens, qui sont sans doute solidaires de millions d’autres Canadiens et Canadiennes de diverses allégeances et options, nous demandons au gouvernement du Canada et à tous les partis politiques d’adopter une loi qui reconnaisse, qui protège et qui réaffirme la définition du mariage comme l’union d’un homme et d’une femme.

Monsieur le Premier ministre, il nous apparaît très important que tous les membres de votre parti, y compris les membres de votre cabinet, puissent voter selon leur conscience lors de la présentation d’un éventuel projet de loi devant la Chambre. Un tel vote libre irait dans le sens de la récente décision de la Cour suprême du Canada qui confirmait que la redéfinition du mariage ne devait pas porter atteinte à la liberté de conscience et de religion. La Charte canadienne des droits et libertés garantit d’ailleurs clairement ces libertés : liberté de conscience et de religion, liberté de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression (art. 2).

Le débat actuel sur la redéfinition du mariage met en cause une institution dont l’histoire est longue. Il serait imprudent d’essayer d’en finir trop rapidement. Consentir aux lenteurs des libertés individuelles serait sans doute sage.

Enfin, nous vous demandons de désavouer les récentes remarques de Monsieur Pierre Pettigrew, ministre des affaires étrangères, rapportées dans les médias, à l’effet que les Églises ne devraient pas prendre part au débat sur les propositions de redéfinition du mariage.

Sincèrement vôtre,

+ Mgr Brendan M. O’Brien
Archevêque de St. John’s
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Autre lien :

 


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048