Lettre ouverte du président de la CECC au sujet de la réponse canadienne concernant la catastrophe des tsunamis

lundi le 03 janvier 2005


À toute personne de bonne volonté,

Mgr Brendan M. O'BrienLes citoyens canadiens, les organisations canadiennes d’aide humanitaire et de développement, de même que les gouvernements du Canada et de nombreuses provinces, ont manifesté une grande générosité dans leur réponse immédiate au désastre du lendemain de Noël, alors qu’un tsunami a frappé les côtes de l’Océan Indien et entraîné la mort de plus de 150 000 personnes; des millions d’autres éprouvent maintenant un urgent besoin d’assistance. Sans relâche, les médias canadiens nous ont communiqué l’ampleur de cette tragédie et l’urgence des besoins de nos frères et sœurs de Sud-Est asiatique.

Approvisionnement en eau potable, abris d’urgence, nourriture et assistance médicale de première nécessité comptent parmi les besoins les plus urgents. Mais il faut aussi considérer les besoins à plus long terme – le soin des enfants et des plus démunis, la reconstruction des habitations et des infrastructures, le rétablissement des moyens de subsistance sans oublier l’importante restauration et l’amélioration des économies locales et du travail de justice sociale. La générosité canadienne devra être aussi persistante que les besoins, particulièrement lorsque les caméras de télévision et les journalistes occidentaux auront quitté les régions dévastées. Ces efforts à plus long terme doivent non seulement porter sur la révision des ententes commerciales et sur l’effacement de la dette – déjà annoncé par le gouvernement canadien – mais aussi sur l’amélioration des systèmes d’alerte des tsunamis et des procédures d’urgence, y compris dans notre pays.

Tout en saluant et en félicitant les Canadiens et les Canadiennes pour leur générosité et leur engagement à l’endroit des victimes de Sud-Est asiatique, j’invite toutes les personnes à maintenir leur engagement à plus long terme. Les Catholiques du Canada participeront à des collectes spéciales pour répondre aux besoins de Sud-Est asiatique – collectes qui se tiendront dans de nombreuses paroisses le 9 janvier 2005. Toutefois, comme de coutume au cours du Carême, les Catholiques du Canada seront aussi invités à contribuer aux besoins persistants de tous les peuples du monde en matière de développement.

Les Canadiens et les Canadiennes peuvent choisir de soutenir l’un ou l’autre des nombreux organismes de développement et d’aide humanitaire qui oeuvrent avec dévouement et efficacité. Tout comme de nombreuses autres Églises chrétiennes au Canada, les Catholiques de notre pays ont leur propre organisme national de développement international – l’Organisation catholique pour le développement et la paix – qui travaille en collaboration avec l’Agence canadienne de développement international et d’autres organisations pour répondre aux urgences humanitaires et aux besoins en matière de développement à long terme. Dans le cas de Développement et paix et des 21 autres principales organisations canadiennes d’aide, le gouvernement du Canada a offert d’ajouter une somme égale aux contributions recueillies au cours de la campagne d’urgence en faveur de l’Asie du Sud-Est.

Développement et paix est le membre canadien de Caritas Internationalis, organisme catholique de secours, de développement et d’aide humanitaire basé à Rome et qui œuvre dans plus de 200 pays et territoires. Cela signifie que les dons pour le Sud-Est asiatique transiteront par l’intermédiaire d’agences locales de confiance – telles que Caritas Inde et Caritas Sri Lanka – qui opèrent déjà sur place et qui oeuvrent dans chacun des pays du Sud-Est aisatique. Ces organismes poursuivront leur mission de manière permanente. À ce jour, le réseau de Caritas Internationalis a recueilli plus de 42 millions $CDN pour venir en aide aux victimes des tsunamis.

Quel que soit l’organisme d’aide que les Canadiens et les Canadiennes choisiront de soutenir, l’heure est à la générosité et à la solidarité. Plus encore, il s’agit d’une occasion privilégiée d’approfondir les attitudes de compassion et d’amour du prochain qui, avec l’amour de Dieu, sont au cœur du message de Jésus.

+ Mgr Brendan M. O’Brien
Archevêque de St. John’s
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Autre lien :

 


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048