Lettre sur les essais nucléaires de la Chine

lundi le 05 février 1996


Monsieur Vhang Yijun
Ambassadeur de Chine
515, rue St-Patrick
Ottawa, ON
K1N 7H3

Monsieur l’ambassadeur,

La semaine dernière, le Président français a annoncé la décision de son pays de mettre fin à ses essais nucléaires dans le Pacifique Sud. Bien que tardive, il s’agissait d’une bonne nouvelle, en particulier pour les populations des pays du Pacifique du Sud.

La Commission épiscopale des affaires sociales de la Conférence des évêques catholiques du Canada, se joignant à de nombreuses autres conférences épiscopales du monde, a fait savoir aux autorités françaises sa désapprobation totale de tels essais nucléaires. Elle a suivi avec beaucoup d’intérêt les efforts accomplis par les Nations Unies pour que la communauté internationale s’engage à fond sur la voie du désarmement, en particulier dans le domaine des armes nucléaires et de destruction massive. Nous sommes d’accord avec l’Observateur permanent du Saint-Siège aux Nations Unies qui, s’adressant à la 50e séance de l’Assemblée générale des Nations Unies en octobre dernier, déclarait:

« Il est maintenant urgent que la Conférence sur le désarmement redouble d’ardeur afin de parvenir avant 1996 à un traité global qui mettra fin à tous les essais nucléaires de tous les pays, où que ce soit dans le monde. Un Traité global pour l’abolition des essais nucléaires (TGAEN) augurerait bien de la Quatrième séance spéciale sur le désarmement, qui aura lieu en 1997. »

Monsieur l’ambassadeur, la décision de la France laisse la Chine seule, parmi les cinq puissances nucléaires connues à ne pas avoir mis fin à ses essais nucléaires. Selon la presse internationale, votre pays n’envisage pas de mettre fin à ses essais et il aspire toujours à un traité qui autoriserait les essais dits nucléaires « pacifiques ». Le gouvernement de Beijing a de plus ajouté que, même s’il est disposé à se joindre aux négociations en vue du TGAEN, il ne s’y soumettrait pas avant l’entrée en vigueur de ce dernier, c’est-à-dire probablement pas avant 1999.

En tant que membres du Conseil de sécurité de l’ONU, les cinq puissances nucléaires dont la Chine, ont une très lourde responsabilité à l’égard de la paix, la sécurité et la stabilité mondiales. En renonçant à ses essais nucléaires, la Chine inciterait de façon claire et non équivoque les puissances régionales aspirant à la puissance nucléaire, telles l’Inde et le Pakistan, à mettre un frein à leurs ambitions nucléaires. Elle encouragerait les négociations en vue du TGAEN et les accélérerait même. Toutefois, une décision aussi éclairée révélerait surtout une compréhension profonde de l’environnement et de l’éthique mondiale, qui mériterait à la Chine la gratitude du monde entier.

Nous encourageons le gouvernement à faire preuve de leadership en annonçant sa décision de mettre fin aux essais nucléaires; il contribuerait ainsi à la sûreté et la sécurité du monde et de sa population.

Recevez, Monsieur l’ambassadeur, mes salutations distinguées.

+ François Thibodeau, c.j.m.
Évêque d’Edmundston
Président
Commission épiscopale des affaires sociales, CÉCC


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
salvas@cccb.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048