Message des évêques catholiques du Canada aux dirigeants politiques canadiens et au peuple de Dieu

dimanche le 23 septembre 2001


Les événements tragiques et violents du 11 septembre 2001 nous ont tous profondément bouleversés. Dans les diocèses et les paroisses de tout le pays, tout autant qu’à l’occasion d’interviews et de messages réalisés aux plans national et régional, nous avons exprimé nos sincères condoléances, notre prière incessante et notre solidarité à tous ceux qui, personnellement et directement, ont été affligés par ces actes terroristes.

Nous prions pour que la rencontre d’aujourd’hui entre notre Premier ministre et le Président des États-Unis d’Amérique, M. Georges W. Bush,  raffermisse la solidarité de nos peuples dans la recherche commune de la paix internationale et de la justice pour tous.

Afin d’affronter le mal dans notre monde, notre foi nous engage à développer en tout un esprit de pardon et de miséricorde, à être proche des souffrants et à proposer des voies d’espérance pour tous ceux qui vivent dans la peur et l’incertitude.

Les personnes qui sont responsables de ces attaques doivent être traduites en justice dans le respect de leurs droits humains internationaux et des lois humanitaires. Néanmoins, afin de servir la communauté humaine, notre pays doit user de prudence et de modération, plutôt que de s’engager dans des solutions qui font appel à la violence. Dans cette optique, nous appuyons le premier ministre Jean Chrétien, qui, dans sa déclaration du 17 septembre, a engagé le Canada à n’entreprendre des actions que si elles sont « guidées par un esprit de sagesse et de persévérance, fondées sur nos valeurs communes et notre mode de vie. »

C’est à titre de disciples de Jésus Christ, que nous rappellons, à l’instar du  pape Jean-Paul II dans son message de 1999 à l’Église en Amérique que  « les droits fondamentaux de la personne humaine sont inscrits dans la nature elle-même, …sont voulus par Dieu et que par conséquent ils demandent à être universellement acceptés et observés. »

Dans le même esprit, les évêques du Canada font aussi appel à tous les citoyens et les citoyennes, ainsi qu’aux dirigeants de notre pays pour qu’ils continuent, à la fois, d’accueillir les réfugiés qui sont eux-mêmes victimes du terrorisme dans leur pays d’origine tout en ne succombant pas à la tentation d’exprimer aveuglément leur colère envers les membres de l’une ou l’autre nation ou communauté de foi. Tout en réaffirmant le respect que nous avons envers l’Islam et les musulmans, nous déplorons vivement tous les crimes haineux  dont pourrait être victime le peuple arabe.  Tout ceci nous invite à redoubler nos efforts à l’égard du dialogue interreligieux, particulièrement en cette période troublée.

Le défi actuel de la société canadienne est identique à celui des premières communautés chrétiennes à Rome, auxquelles l’apôtre Paul écrit : « Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais sois vainqueur du mal par le bien. » (Rm 12, 21). Soyons, à tout prix, des  artisans de paix !


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048