Message du 1er mai de l'Assemblée des évêques du Québec

mercredi le 25 avril 2001


(AEQ – Montréal)… Si beaucoup d’hommes et de femmes à travers le monde souffrent de violence, d’injustice et de pauvreté, la terre pourrait aussi se plaindre d’être violentée et appauvrie.

C’est ce qu’affirme le Comité des affaires sociales de l’Assemblée des évêques du Québec, dans son message du 1er mai, en insistant sur les liens profonds entre la question sociale de la pauvreté et la dégradation écologique. Le message est intitulé : Le cri de la terre et le cri des pauvres.

Les nombreux problèmes de notre société : santé, éducation, pêcherie, forêt, agriculture, etc. sont liés à des problèmes écologiques répandus sur la planète : désertification, baisse de la diversité biologique, changements climatiques, pollution. Il faut agir sur le terrain, par exemple, dans la gestion des ressources secondaires et des déchets, dans l’économie des ressources et dans les transports. Le Comité souhaite vivement que l’éducation sur l’environnement soit partie intégrante du projet éducatif des écoles. Il invite les citoyennes et citoyens à poursuivre sans relâche l’analyse sociale à partir du point de vue des personnes les plus défavorisées.

Le message du 1er mai est disponible en versions anglaise et française.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
salvas@cecc.ca
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048