Les numéros imprimés parus

Liturgie et espace public

Été 2010, no 202

N’est-il pas vrai que toute rencontre humaine est habitation commune d’un espace : maison, quartier, ville, village, nation ? Alors qu’en est-il de la rencontre avec Dieu ? Est-il besoin d’un espace spécifique ? Même si Dieu n’est pas localisable, son espace de création est sans limite, la Bible révèle sa présence à des personnes précises, dans des lieux singuliers, à travers des événements de leur histoire. Et les lieux de la manifestation de Dieu deviennent pour elles des espaces publics de mémoire et, ce faisant, une occasion de culte.

Or, dans le monde polyphonique des symboles et du langage d’aujourd’hui, la liturgie dans l’espace public est une aventure ambiguë, même risquée… et pourtant nécessaire ! À une certaine époque, l’Église, par ses célébrations liturgiques, influençait la compréhension de la foi. N’est-ce pas pratiquement l’inverse aujourd’hui ? Le traitement fait de l’Église et de sa liturgie par les médias influence, à tort ou à raison, la compréhension de la foi. C’est pourquoi nous voulons revisiter, dans ce numéro qui annonce l’été, le rapport de la liturgie et de l’espace public. Quel est ce rapport ? Qu’est-ce que les manifestations publiques de la liturgie donnent à voir, à comprendre et à célébrer de la foi de l’Église ? Quel espace organisé, orienté, différencié proposent l’Église et sa liturgie sur la place publique ?

Le dossier aborde le sujet au moyen de six articles : Pierre Bélanger offre d’abord un témoignage de vie et un regard critique concernant l’expression liturgique dans l’espace public ; puis, André Raymond présente un certain inventaire des expériences liturgiques dans les médias ; Olivier Bauer quant à lui réfléchit à la fonction publique du patrimoine religieux ; Guy Chapdelaine fait voir le lien entre les funérailles chrétiennes et le protocole militaire ; Marie-Josée Poiré propose des éléments d’analyse des funérailles chrétiennes télédiffusées ; enfin, l’abbé Claude Sauvageau, animateur à la télévision communautaire de Berthierville, nous présente une expérience liturgique singulière.

Dans ce numéro, les fiches abordent des questions de pratiques liturgiques liées au statut public de la liturgie : les lieux de célébration du sacrement de mariage, l’ouverture des églises en période estivale, le site internet de l’Association épiscopale liturgique pour les pays francophones et les droits d’auteur de la musique préenregistrée entendue dans les églises, notamment au cours de l’été. Les chroniques nous font voyager quant à elles dans des espaces magnifiques : l’Acadie et la Gaspésie, afin de considérer la place que la liturgie a occupée dans les fêtes de l’année 2009, et vers Compostelle et Cap-de-la-Madeleine. Une dernière chronique présente le Comité de diffusion des célébrations liturgiques.

Puissions-nous reprendre à nouveaux frais à la lecture de ce numéro l’affirmation introductive de plusieurs préfaces du Missel romain : « Vraiment, Père très saint, il est juste et bon de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu… » Bonne lecture ! Passez un très bel été !

Joël Chouinard, rédacteur en chef