Les numéros imprimés parus

L'avenir de la liturgie un demi-siècle après Vatican II

Été 2014, no 218

Voici le quatrième et dernier numéro de la série soulignant l’anniversaire de la constitution Sacrosanctum vetc 218 coverConcilium sur la liturgie. Comme point d’orgue à cette série, il sera bien sûr question de prospectives. Sans tomber dans une certaine futurologie (futures research) malsaine, il convient de réfléchir au devenir de la liturgie en dégageant des perspectives d’avenir au carrefour, d’une part, de la réforme liturgique depuis 50 ans et, d’autre part, des changements pastoraux qui semblent s’accélérer depuis une vingtaine d’années. L’événement La grande assemblée 2013a permis aux intervenants – conférenciers et animateurs d’ateliers – comme aux participants et participantes de réfléchir et s’exprimer sur la réception de la réforme liturgique, sur sa compréhension, son interprétation, ainsi que sur les enjeux suscités à même l’expérience croyante au quotidien de la vie diocésaine et paroissiale.

Il m’est apparu évident que ces enjeux concernent l’actualité, la crédibilité et la signifiance de la liturgie dans la culture occidentale sécularisée, en plein remodelage des territoires paroissiaux et diocésains. Le remodelage dont il est ici question n’est pas qu’administratif : il touche l’expression même de la foi d’une Église en prière et convoquée par son Seigneur, une Église confrontée, il faut bien l’admettre, à l’indifférence religieuse ambiante. De plus, il apparaît que la liturgie, en ses expressions rituelles, se situe dans un marché convoité : les étals sont nombreux à l’horizon de l’offre et de la demande, de l’offre en forte tension avec la demande, voire de l’offre sans correspondance avec la demande.

Sacrosanctum Concilium, promulguée le 4 décembre 1963, a cristallisé un vent de réforme qui porte de beaux et bons fruits. La grande assemblée 2013 les a reconnus. Fort de ce constat, le dossier présente d’abord les énoncés de mission liturgique déterminés par les familles diocésaines, au terme du colloque de juin 2013. Ceux-ci sont présentés et analysés pour en dégager des enjeux pastoraux de nature liturgique. Ensuite, trois enjeux majeurs sont plus spécifiquement étudiés. Enfin, des personnes d’horizons et de générations variés rêvent à la liturgie de demain.

Les fiches, comme à l’habitude, abordent des questions pratiques dans l’art de célébrer : allergies au gluten, à l’encens et au parfum du saint-chrême ; le lectionnaire dominical de l’année A au cours de l’été ; une mise à jour des sites Internets utiles pour la liturgie et, enfin, les formulaires de messe pour la fête de sainte Anne. Quand aux chroniques, des expériences liturgiques y sont explorées. Enfin, nous concluons le numéro par une rencontre très mémorable, de même que par une entrevue réalisée dans le cadre du jubilé (350 ans) de la paroisse Notre-Dame de Québec et de l’installation de sa fameuse Porte sainte.

Que le printemps de l’Église amorcé à Vatican II vous donne de célébrer dans la paix et l’espérance !

Bonne lecture et bel été !

Joël Chouinard, rédacteur en chef
jchouinard@cecc.ca