Les numéros imprimés parus

Les sacrements pour les malades

Hiver 2012, no 212

vetc_212_coverQuel mystère que la souffrance et la maladie qui atteignent la personne dans son intégrité ! Le Christ y a été particulièrement sensible et il est intervenu pour la guérison et le soulagement des uns et des autres. Il a d’ailleurs envoyé ses apôtres avec cette mission particulière de consolation et de guérison : « Ils chassaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient. » (Mc 6,13)

Cette mission se poursuit aujourd’hui lorsque l’Église prend soin des personnes malades de diverses manières : visite, écoute, prière, accompagnement des proches, soulagement et réconfort par les sacrements des malades et de l’Eucharistie. Dans le sillage de la réforme liturgique de Vatican II, les sacrements pour les malades ne sont plus réservés à la fin de la vie, mais au moment où la vie, quel que soit l’âge, est menacée par la maladie, la souffrance ou la fragilité. Ils se célèbrent pour une personne seule, en communauté paroissiale ou à l’occasion d’un pèlerinage dans un sanctuaire.

Compte tenu du vieillissement de la population, des pratiques religieuses variées, mais aussi des milieux de soins de santé diversifiés, on peut se demander ce qu’est devenue la pratique des sacrements pour les malades et s’ils sont toujours pertinents, adaptés, voire même utiles.

Dans ce numéro de Vivre et célébrer, le dossier propose d’abord de nous mettre à l’écoute de cette diversité des pratiques en soins de santé en observant comment chacune intègre une dimension proprement liturgique. D’abord, Mario Drouin donne un bref aperçu du renouveau des pratiques liturgiques auprès des malades en centre hospitalier. Patrick Vinay (soins palliatifs), Michel Jacques(CHSLD) et Madeleine St-Michel (milieu paroissial) proposent quant à eux une réflexion à partir de leur expérience professionnelle et du service liturgique accompli auprès des personnes malades. Dans un deuxième temps, Marie-Josée Poiré nous présente le très méconnu rituel Sacrements pour les malades. Enfin, dans un troisième temps, une relecture du dossier sera proposée par Martine Tremblay.

Les fiches de travail proposent une visite de sites internet à caractère liturgique, ce qui est fort utile pour la pastorale liturgique. Nous recevons également une leçon singulière : « encensoir 101 » ! Enfin, en ce début d’année liturgique, nous vous présentons un chant pour la solennité de l’Épiphanie, de même que les quatre journées spéciales de prière inscrites dans le nouveau calendrier liturgique canadien.

Les chroniques présentent Kateri Tekakwita, récemment canonisée et partagent des expériences liturgiques de célébrations des malades survenues en milieu paroissial et dans un sanctuaire marial. Nous réalisons également une entrevue avec l’abbé Gilles Nadeau qui intervient auprès des personnes en fin de vie depuis une trentaine d’années. Enfin, nous vous offrons un cadeau à l’approche de Noël : une lecture méditative de l’icône de la Nativité.

Bonne lecture. Bonne et fructueuse année liturgique qui débute bientôt.

Joël Chouinard, rédacteur en chef
jchouinard@cecc.ca