Les numéros imprimés parus

Le culte eucharistique en dehors de la messe

Printemps 2008, no 193

On n’aura jamais fini de réfléchir sur le sens et la signification des pratiques de l’eucharistie chrétienne. C’est une expérience, celle du partage du pain et de la coupe, qui rejoint le cœur de l’aventure humaine, le cœur de la foi. Une recherche jamais terminée parce que, à quelque part, elle symbolise le jeu de la vie, de la mort et encore de la vie.

La tenue en juin 2008 du Congrès eucharistique international de Québec favorise une ouverture médiatique de cette expérience. En effet, la réflexion sur l’eucharistie est redevenue une réalité très présente dans la conscience des chrétiens et particulièrement des responsables et des intervenants et intervenantes en action pastorale. On se rappelle que le concile Vatican II avait fortement rappelé que la célébration eucharistique était « source et sommet de la vie chrétienne » (SC 10).

Pourtant, au cœur de cette réflexion plus intense, parfois même controversée, on ne cesse de rappeler que la pratique eucharistique dominicale, même chez les personnes qui se disent croyantes, n’est pas à son meilleur. Lors des célébrations de mariage et de funérailles, on se demande à quelles conditions on devrait ou non proposer l’eucharistie. À quelque part, malgré bien des efforts accomplis par les responsables pour rendre la célébration eucharistique plus signifiante, on sent le net désintérêt d’une majorité. Par ailleurs, chez plusieurs et, pour une large part, chez les jeunes, on constate une attirance vers la dévotion eucharistique en dehors des célébrations dominicales. N’y a-t-il pas alors danger d’une dérive eucharistique ?

Le numéro 193 de Vivre et célébrer, sous-titré « Le culte eucharistique en dehors de la messe », aimerait situer le sens du culte eucharistique en regard de la célébration. À quoi correspond la réalité ? Jusqu’où peut-on aller dans les initiatives et les manifestations d’adoration eucharistique ? En somme, comment rendre compte de la mise en œuvre de la dévotion et du culte eucharistiques, pratiques toujours « fragiles » dans la tradition catholique ? Nous avons demandé à des collaborateurs et collaboratrices de divers milieux ecclésiaux et vivant de multiples expériences de nous rendre compte à la fois de leurs pratiques et de leur compréhension de l’eucharistie.

Le dossier s’ouvre sur un rappel de certains traits de l’histoire du culte eucharistique (Mgr Louis Dicaire). Alain Roy réfléchit sur la résurgence récente du culte eucharistique. Mgr Paul-André Durocher fait une présentation d’une partie du Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe. Suit une contribution importante de Sabrina Di Matteo sur les jeunes et l’adoration eucharistique. Qu’en est-il précisément ? Enfin, le dossier se termine par une contribution de Claire Duchesne, s.s.s. sur le renouveau vécu par sa communauté depuis Vatican II.

Suivent quatre fiches qui portent sur le lieu de la réserve eucharistique, les chapelles d’adoration, la vénération du Saint Sacrement le Jeudi saint et sur la signification des termes : vénération, adoration et contemplation. Enfin, un voyage symbolique d’aller-retour de Jérusalem à Emmaüs rappelle le sens de la Présence dans l’eucharistie.

Les chroniques portent principalement sur les Jours saints. Une lettre de Mgr Dorylas Moreau à ses diocésains, le Rapport annuel de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements, et deux suggestions de lecture terminent ce numéro. Bonne lecture !

Guy Lapointe, rédacteur en chef