Les numéros imprimés parus

Habiter le temps du salut : la pédagogie de l’année liturgique

Printemps 2010, no 201

L’automne dernier, en préparation du calendrier des célébrations liturgiques de la communauté chrétienne que je sers à titre de curé, Sylvie, un membre du comité paroissial de liturgie, s’exclame ainsi à propos des dimanches de l’automne : « Il y a un thème ou une quête à chaque dimanche. Quand est-ce le dimanche où il n’y a rien ? » Cette réaction spontanée et un peu exagérée m’a fait rire, bien que je corrobore son observation d’expérience. Un des aspects fondamentaux de la problématique ici soulevée concerne l’année liturgique et son déroulement en conjonction avec nos situations temporelles, culturelles et pastorales. La pratique de l’année liturgique pose, en effet, un certain nombre de questions historiques, théologiques et pastorales. L’année liturgique entretient inévitablement des relations souvent complexes avec la diversité des cycles cosmiques, l’histoire, l’avancée du temps, l’évolution culturelle, etc. En ce sens, l’année liturgique est fascinante et son importance n’est pas moindre que celles des sacrements pour l’Église en prière.

Or, il y a dans la pratique de l’année liturgique une certaine pédagogie qui se dégage. L’année liturgique est en quelque sorte une école de vie chrétienne qui vise moins l’acquisition de connaissances et la promotion de thèmes que l’incorporation au mystère du Christ à la rencontre des hommes et des femmes de ce temps.

Le dossier s’ouvre par le partage d’une expérience de l’année liturgique vécue par une famille de Lévis, Vincent Couture, Lise Gamache et leurs enfants. Puis, Yves Guérette, fort de son expérience de la catéchèse symbolique, nous montre comment catéchèse et liturgie se compénètrent au fil de l’année liturgique pour le bien de la croissance spirituelle de tous. Dans la suite du dossier, Marie-Josée Poiré énonce quelques fondements de l’année liturgique alors que Jean-Yves Garneau en présente les caractéristiques. Un article dense et qui donne à penser de Martin Meunier, sur la conjonction du temps religieux et du temps civil, met un point final à tout ce dossier qui est enfin relu par un fidèle collaborateur, Guy Lapointe.

À l’approche de Pâques et du temps pascal, les fiches présentent le rite d’aspersion en musique, la Veillée de Pentecôte (la grande méconnue ou oubliée), la célébration du baptême d’un adulte le dimanche de Pâques et l’intégration du rituel de baptême des enfants en âge de scolarité aux parcours catéchétiques. Les chroniques quant à elles font d’abord découvrir un chant de Pâques de type tropaire et présentent une entrevue avec le directeur d’une modeste chorale paroissiale. De plus, nous proposons une réflexion sur le précepte dominical, question récurrente, et un récit apaisant sur le temps.

Avec la parution de ce numéro de printemps, nous publions le Rapport annuel 2009 de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements, rédigé par son secrétaire et directeur de l’Office national de liturgie, Gaëtan Baillargeon. Bonne lecture ! Et que l’année liturgique soit pour vous l’expérience de l’Évangile à la rencontre du temps, de notre temps !

Joël Chouinard, rédacteur en chef